Découvrez le didjeridoo, l’instrument mystique de la culture aborigène

Photo of author

By la rédaction

Le didjeridoo, également orthographié didjéridoo ou didjeridou, est un instrument de musique fascinant originaire d’Australie, iconique de la culture aborigène. Cette pièce unique a traversé les frontières, attirant l’attention des amateurs de musique du monde entier et permettant une nouvelle appréciation pour la sonorité distincte que cet instrument peut apporter.

Origines du didjeridoo

Le didgeridoo aurait environ 1500 ans et serait originaire du nord de l’Australie où il était utilisé par les peuples aborigènes lors de cérémonies importantes. Les légendes locales racontent qu’à l’origine, le didjeridoo aurait été créé par les ancêtres eux-mêmes, qui auraient insufflé la vie en soufflant dans des morceaux de bois évidés. Aujourd’hui, cet instrument fait partie intégrante du patrimoine culturel australien et constitue un emblème de la tradition musicale aborigène.

Fabrication du didjeridoo

Le choix du bois

Pour fabriquer un didjeridoo, il faut tout d’abord choisir un morceau de bois adapté. De nombreux types d’arbres peuvent convenir, tels que le Stringybark, la Bloodwood ou le Shaped Gum. L’essentiel est que le tronc d’arbre ou la branche choisie doit avoir été creusée naturellement par des termites, qui dévorent les parties intérieures du bois tout en préservant l’écorce extérieure.

La récolte et la préparation du bois

Une fois le morceau de bois sélectionné, il faut procéder à sa coupe dans le respect des lois locales et de la protection de l’environnement. Il est essentiel de s’assurer qu’il n’est pas trop érodé ni endommagé par les termites avant de le ramener à l’atelier. Une fois coupé, le bois doit être nettoyé à l’intérieur pour retirer toute moisissure ou partie de bois restante, puis séché au soleil durant plusieurs semaines voire des mois.

Voir  Les origines et particularités des noms de famille portugais

La finition et la décoration

Après le séchage, le processus de fabrication se poursuit par la mise en forme et le ponçage de l’extérieur du didjeridoo. Les artistes peuvent ensuite appliquer divers matériaux pour protéger et polir la surface, tels que l’huile de lin ou la cire d’abeille. Enfin, des œuvres d’art inspirées de la culture aborigène sont souvent peintes sur la surface extérieure pour offrir une touche décorative et symbolique propre à chaque didjeridoo.

Comment jouer du didjeridoo ?

Adopter la bonne posture

Pour bien débuter avec le didjeridoo, il est important d’adopter la bonne posture. Vous pouvez vous tenir debout ou assis, tant que votre dos reste droit et vos épaules détendues. Il peut être utile de légèrement incliner le didjeridoo vers l’extérieur pour éviter que votre souffle ne retombe directement sur vos pieds.

Le positionnement des lèvres

Les lèvres doivent être placées à l’intérieur de l’extrémité supérieure du didjeridoo, relâchées et sans trop les serrer. Pour produire un son, il faut faire vibrer ses lèvres en expirant doucement dans l’instrument. Cela demande généralement un peu de pratique pour parvenir à trouver la technique qui convient le mieux.

La respiration circulaire

L’un des aspects les plus importants de la pratique du didjeridou est la respiration circulaire, une technique qui permet au musicien de jouer pendant de longues périodes sans interruption. Elle consiste à inspirer par le nez tout en expirant par la bouche, créant ainsi un flux d’air continu dans l’instrument. Cette aptitude s’acquiert avec le temps et nécessite patience et entraînement.

Voir  À la découverte des prénoms en Q : une sélection originale et unique

Bienfaits du didjeridoo sur la santé

En plus d’être un instrument musical captivant, le didjeridoo offre également des bienfaits sur la santé de ceux qui pratiquent régulièrement. Parmi ces avantages, on peut citer :

  • Amélioration du fonctionnement des voies respiratoires
  • Renforcement de la musculature faciale et prévention des ronflements
  • Aide à lutter contre le stress et favorise la relaxation
  • Amélioration de la concentration et du bien-être général

Enfin, il est important de noter que pour respecter le patrimoine culturel aborigène, il convient de ne pas se réapproprier cet instrument sans en comprendre les origines, les valeurs et les traditions auxquelles il est lié.